Rencontre avec La Ministre du Tourisme

07 Fév
7 février 2013

A l’occasion des 6° congrès du SNAV (Syndicat National des Agences de Voyage) qui a eu lieu à Tenerife, la semaine dernière, La Ministre du Tourisme Mme Sylvia Pinel, a souhaité me rencontrer, en tant que Président de l’ANAé, pour faire un point sur notre filière : la communication événementielle et le tourisme d’affaire. Cette rencontre a eu lieu samedi 2 février, en fin d’après midi, avant le discours de la Ministre dans le cadre du congrès.

Voici le communiqué de presse, que l’ANAé à publié à cette occasion, et qui reprend l’essentiel des points discutés.

Communiqué de Presse (ANAé)

Paris, le 6 févier 2013

Dans le cadre des 6èmes rencontres du SNAV à Ténérife, la Ministre de l’Artisanat, du Commerce et du Tourisme, Sylvia Pinel a souhaité rencontrer Michel Bensadoun, Président de l’ANAé (Association des agences de communication événementielle).

L’objectif de cet entretien était de rencontrer une association professionnelle représentative du secteur de l’événement et du tourisme d’affaires afin de faire le point sur les problématiques de la filière.

Michel Bensadoun a tout d’abord salué cette initiative de dialogue, laissant augurer qu’à l’avenir, l’ANAé sera consultée davantage en amont sur des prérogatives liées aux évolutions réglementaires, fiscales du métier.

Cette rencontre a été l’occasion de mettre en exergue le poids de l’ANAé (60 agences, et 750 M€ de chiffre d’affaires) et celui de la filière événementielle qui représente un chiffre d’affaires de 2,5 Milliards d’euros ; mais également de sa double implication dans le secteur : tourisme d’affaires, mais aussi création d’événements, vecteurs de développement pour les collectivités.

Plusieurs problématiques ont été abordées : celle de la taxation des congrès médicaux. A ce sujet, la Ministre a confirmé que les contestations émises par les professionnels du secteur avaient été entendues et que l’abattement de la taxe avait été porté de 50 à 75 %. De même, la taxation sur les incentives et ses effets délétères ont été de nouveau évoqués, sans possibilité de modification à ce jour. Le Président de l’ANAé a précisé que ces deux mesures ne permettraient pas les rentrées fiscales escomptées dans la mesure où les budgets étaient diminués voire reportés sur d’autres actions. En revanche, les effets sur la filière sont désastreux, entraînant des pertes d’emplois et de chiffre d’affaires importants, et à terme une diminution de recettes fiscales. Par ailleurs, Michel Bensadoun a sollicité l’intervention du Ministre sur la problématique de la TVA à la marge et celle de la concurrence déloyale.

Depuis longtemps, la TVA à la marge représente un grave écueil pour les agences françaises qui revendent des prestations à des entreprises qui ne peuvent récupérer la TVA. Cette situation, en infraction avec les directives européennes provoque des distorsions de concurrence pénalisantes pour les opérateurs français par rapport à leurs concurrents communautaires qui ne sont pas confrontés à ce problème.

Sur ce dossier de la TVA, l’ANAé bénéficie du soutien du SNAV et de FSCEF. Michel Bensadoun a déclaré :

« La ministre s’est engagée à étudier la question et à revenir vers nous rapidement. Nous suivrons avec attention ce dossier, et sommes convaincus que la Ministre mettra tout en œuvre pour solder ce problème, avec plus de succès que ses prédécesseurs».

La problématique de la concurrence déloyale, qui perdure depuis longtemps, a également été largement abordée par le SNAV au cours de ses 6èmes rencontres. Un certain nombre d’acteurs, ne possédant pas de numéro d’immatriculation, vendent des voyages directement ou indirectement. Dans le marché du tourisme d’affaires, ces acteurs sont des entreprises ou des individus qui proposent une prestation de conseil sur le voyage, mais font facturer directement par des réceptifs étrangers, ou les billets par les compagnies aériennes. Cela concerne aussi les bureaux de représentants de réceptifs qui vendent en France des prestations directement à des clients, sans passer par l’intermédiaire d’une agence, ainsi que les apporteurs d’affaires qui sont rémunérés sur l’apport d’un voyage auprès d’une agence. Ces acteurs ne sont pas soumis aux mêmes contraintes réglementaires et aux coûts que cela représente pour les agences qui, elles, sont en règle. Ils bénéficient depuis longtemps d’une quasi impunité et contournent une loi sans que cette pratique soit mise au jour. Il est important de souligner qu’il existe un risque notable pour les entreprises. En effet, en cas d’accident, tous ces intervenants français seront appelés en responsabilité. L’ANAé souhaite que bon ordre soit mis à cette situation et que la loi soit appliquée de façon égale par tous. La Ministre s’est engagée à regarder ce dossier de près.

La Ministre Sylvia Pinel a, par ailleurs, souligné l’importance pour la filière de disposer de chiffres et données économiques sur le marché. L’ANAé, dont l’une des missions est d’être un observatoire du marché, a toute légitimité pour collaborer avec la DGCIS et apporter tous les éléments nécessaires. La Ministre a montré tout son intérêt à suivre l’évolution des métiers de la communication événementielle et tout particulièrement son impact au niveau de l’emploi. Sa demande de recevoir le baromètre ANAé, réalisé plusieurs fois par an, sera satisfaite.

De plus, l’ANAé souhaite qu’un effort plus important soit fourni pour faciliter la réalisation d’événements d’envergure en France, avec par exemple, des investissements renforcés pour la promotion de la France et davantage de moyens accordés au Comité France Evénements. La Ministre a indiqué que beaucoup de moyens sont déjà déployés et a souligné l’importance d’une meilleure coordination des acteurs concernés. L’ANAé adhère à cette volonté et souhaite que cela se traduise par des initiatives et des propositions concrètes.

Enfin, l’ANAé se félicite qu’un dialogue direct ait pu s’établir avec Sylvia Pinel et son Cabinet ; dialogue qui a permis d’apporter un éclairage sur la réalité du secteur et les difficultés auxquelles sont confrontés les acteurs. A travers les chantiers initiés, l’Association espère contribuer à une meilleure performance, voire compétitivité des entreprises de la filière.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire